trop de lumière ou pas assez

 

 

 image014

Trop de lumière ou pas assez, j’ai besoin de vous écrire…

 

À l’enfant retrouvé,


…Il semble que des forces mystérieuses nous aient réunies pour ensuite nous séparer.

Nous nous dirigions pourtant ensemble vers un avenir prometteur.  Maintenant que je vous retrouve avec une immense  joie, j’aimerais vous raconter mon aventure.

 Plus j’avançais dans la vie et plus je me sentais devenir prisonnière de mes habitudes.

Mon corps entier mourait à petit feu sans que je m’en rende compte.  Je constatais seulement que je n’allais pas bien, que l’existence ne pouvait pas se résumer à manger, boire, dormir, travailler.  Des lueurs d’espoir me traversaient l’esprit de temps à autres, mais je me contentais de si peu par rapport aux grandes ambitions qui bouillonnaient en moi.  Sans vous, tout me semblait trop lourd à réaliser.  De votre côté, vous deviez vous sentir, désemparé, perdu, seul et incompris.

 Vous vous trouviez pourtant  si  près de moi, occupé à m’envoyer désespérément  des signes.  Tels que les rêves que  je trouvais trop loufoques pour y croire parce qu’on avait pris soin de m’en dissuader. Ainsi que  les  maladies que j’attrapais facilement, la peur, la  colère ou la tristesse que je ne prenais pas le temps de ressentir, les larmes que je me dépêchais d’essuyer…Au lieu d’y faire face pour les comprendre, je noyais mes émotions dans un travail qui ne me comblait pas ou avec toutes sortes de dépendances.  Je vous demande sincèrement pardon pour tous ces torts.

Comme lorsque l’on tente de nous réveiller en allumant la lumière d’un coup sec, j’ai été aveuglée par des illusions,  des jugements  moraux et des idéaux.  Après avoir hurlé, injurié et  cogné sur tout ce qui se trouvait autour de moi,  j’ai fini par prendre le contrôle de ma vie en ajustant l’éclairage jusqu’à la pénombre qui allait me conserver dans un état d’engourdissement.  Si vous avez cru que je vous abandonnais, c’est que j’ai dû fermer mon cœur, brisé en mille miettes pour éviter la souffrance causée par des maladresses humaines.

 Vous souvenez-vous des milliers de diamants lumineux que nous observions  par la fenêtre quand nous avions peur la nuit?  Nous en étions émerveillés mais jamais aveuglés.  À l’aurore, nous savions qu’ils resteraient là-haut même si nous ne les voyions plus.  Au petit matin,  les rayons de soleil réchauffaient lentement les rideaux et les édredons qui nous recouvraient.  Ce qui rendait notre réveil  exaltant et pénible à la fois  jusqu’à ce que l’odeur de crêpes maison nous invite à sauter du lit.

  Avec la constance, la persévérance et la foi du jardinier de ma propre vie, j’ai cultivé l’espoir de vous retrouver un jour.   Dans les moments sombres, Il me suffisait de repenser à votre sourire, à nos fous rires, à ces jeux aux couleurs de l’arc en ciel qui nous reliaient l’un à l’autre, pour que je me sente mieux. 

 J’ai alors appris à prendre soin de mon jardin intérieur dans lequel vous habitiez,  grâce à votre créativité,  votre simplicité,  votre engouement naturel ainsi qu’à votre capacité de rebondir après des événements difficiles. Ensemble nous nous sommes créés un plan d’avenir qui allait nous permettre de réaliser notre grand rêve.

 Nous pouvons maintenant endosser fièrement notre rôle d’étoile, celle  qui éclairera naturellement l’enfant effrayé dans le noir. Engendré de l’union de l’âme et de l’esprit humain, cet enfant héritera du meilleur de ces deux mondes.  Nous le guiderons de notre mieux afin qu’il grandisse dans le respect de l’essence  qui le compose.   Qu’il puisse devenir  un être vivifiant, lumineux,  confiant, responsable et fidèle à ses valeurs.  Dans l’espoir qu’il sache capter les signaux qui l’inciteront à tracer son propre chemin et à retrouver sa paix intérieure en cas d’égarement.   Celui qui contribuera à rendre le monde meilleur parce que l’adulte qu’il deviendra en fera entièrement et activement partie.

 

À vous pour l’éternité,

 

Fieri, l’étoile de l’enfant qui a peur

 

suggestions de lectures

 

lecture interactive pour enfants

Site:   réseau québécois pour la simplicité volontaire

À surveiller dans le carnet :  Mark Boyle, l’homme                                                                                                           sans argent, plus                                                                                                                     qu’une utopie,  une                                                                                                               vision.